Visiteurs: 203950
Aujourd'hui: 73

ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES ET LÉGISLATIVES - 21 FÉVRIER 2016


Votez pour MAHAMADOU ISSOUFOU

 
Président Issoufou
Le PNDS en Images
Galerie
Facebook et PNDS
Siège du PNDS
PNDS-TARAYYA Siège


613 Avenue de l’OUA
BP 10894 Niamey
République du Niger
Tél : +227 20 74 09 50
FAX : +227 20 73 41 42



AUTRES ADRESSES

 
COMITE EXECUTIF NATIONAL

Déclaration

Le Président de la République a adressé un Message à la Nation le Vendredi 29 Mai 2009, au cours duquel il a confirmé son intention de bientôt soumettre à référendum un projet de Constitution. Il s’agit pour lui de réaliser ainsi son dessein de demeurer au pouvoir, même après l’échéance de son dernier mandat légalement autorisé par la Constitution du 9 août 1999.

L’idée de ce référendum est la dernière trouvaille du Président de la République au moyen de laquelle il entend artificiellement se soustraire aux obligations induites par son serment de respecter et faire respecter la Constitution.



Décidé à rester à tout prix au pouvoir, il a usé d’arguments tout aussi spécieux que légers, reprenant ainsi à son compte tous les poncifs lamentables déjà ressassés par ses zélateurs.

Ainsi donc a-t-il décidé de passer outre l’avis pourtant sans équivoque de la Cour Constitutionnelle lui déniant le pouvoir de se prévaloir de l’article 49 de la Constitution pour convoquer un référendum portant sur une nouvelle Constitution. Au prétexte que la Cour n’a émis qu’un simple avis mais nullement un Arrêt, il feint d’ignorer l’implication normative de cet Avis donné par la juridiction constitutionnelle qui fait office de conseil institutionnel pour le garant du respect de la Constitution qu’il est.
Rien ne semble pouvoir arrêter le Président de la République dans sa course échevelée pour son éternisation au pouvoir. Il est prêt à cet effet à mettre à bas toutes les institutions et à se retrouver sur son trône digne du souverain absolu qu’il pense être déjà devenu.

Ainsi a-t-il dissous l’Assemblée nationale pour pure convenance personnelle et engagé une campagne médiatique de dénigrement à l’encontre de la Cour Constitutionnelle en vue de la pousser à la démission.

La chose la plus déconcertante révélée par le Message à la Nation du Président de la République c’est que son référendum ne sera pas seulement l’occasion de l’adoption d’une nouvelle Constitution mais aussi d’un plébiscite pour sa personne avec à la clé sa fameuse rallonge de trois (3) ans nécessaire pour la fin de ses « grands chantiers ». Ainsi en même temps que les Nigériens adopteraient la Constitution qui à terme fera de lui leur roi pour toute sa vie, dans l’immédiat ils l’éliraient pour un mandat de trois ans en tant que candidat unique.

Notre pays, dans un passé pas si lointain a connu ce genre de situations où le texte de la Constitution est trituré au gré des convenances contingentes, mais jamais cet art n’a été poussé à un tel niveau du ridicule.

On croit tout simplement rêver ! Au 21e siècle, dans notre monde si institutionnellement intégré et harmonisé, notre Président de la République après avoir épuisé ses 10 années de mandats légales compte se présenter comme candidat unique et gouverner seul pendant trois ans, sans Assemblée nationale !

A l’évidence cette dérive n’est pas acceptable. Elle est dangereuse pour notre pays qui ne supportera pas d’être traité part la communauté internationale ainsi que sont traités certains régimes mis aux bancs des Nations et puis le meilleur moyen pour le Président de la République de bloquer ses fameux chantiers c’est de persister dans cette voie de sa marginalisation internationale en se mettant sous embargo prévisible des bailleurs de fonds.

Par ailleurs le CEN du PNDS-Tarayya dénonce la caporalisation des médias publics et leur asservissement outrageant à la propagande grossière du Président de la République.

Il dénonce aussi le refus d’accès à ces médias des nombreuses forces politiques, syndicales et associatives opposées à cette entreprise de démolition de l’édifice démocratique.

Le CEN du PNDS-Tarayya dénonce l’activisme des administrateurs publics (Gouverneurs et autres Préfets) astreints pourtant de par la loi à un devoir de réserve.

Le CEN du PNDS-Tarayya dénonce enfin l’embrigadement des élèves sortis de façon intempestive de leurs salles de classe pour grossir le rang des manifestants pro-Tazartché ; il dénonce aussi à cet effet l’instrumentalisation dont sont victimes les élèves enlevés de leurs écoles et rassemblés tels des animaux pour suivre des soi disant conférences animées par certains zélateurs du Président de la République.

C’est pourquoi le CEN du PNDS-Tarayya demande à tous les nigériens de se mobiliser pour faire échec à cette aventure qui fait de notre pays la risée des Nations.

Le CEN demande à tous ses militants de redoubler d’ardeur pour répondre massivement à tous les mots d’ordre qui lui seront lancés par le F.D.D.

Vive la démocratie
Vive le PNDS-Tarayya
Fait à Niamey, le 1er Juin 2009


Le: 03/06/09
AVIS n° 02/CC du 25 mai 2009 - COUR CONSTITUTIONNELLE Déclaration du Front pour la Défense de la Démocratie (FDD)