Visiteurs: 210120
Aujourd'hui: 33

ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES ET LÉGISLATIVES - 21 FÉVRIER 2016


Votez pour MAHAMADOU ISSOUFOU

 
Président Issoufou
Le PNDS en Images
Galerie
Facebook et PNDS
Siège du PNDS
PNDS-TARAYYA Siège


613 Avenue de l’OUA
BP 10894 Niamey
République du Niger
Tél : +227 20 74 09 50
FAX : +227 20 73 41 42



AUTRES ADRESSES

 
DISCOURS PRONONCE PAR LE CAMARADE MAHAMADOU ISSOUFOU
A L’OCCASION DU 18EME ANNIVERSAIRE DU PNDS-TARAYYA
(MARADI 04 JANVIER 2009)


CAMARADES MEMBRES DU COMITE EXECUTIF NATIONAL,
CAMARADES DEPUTES,
CAMARADES CONSEILLERS MUNICIPAUX,
MESSIEURS LES REPRESENTANTS DES PARTIS POLITIQUES,
MESDAMES, MESDEMOISELLES, MESSIEURS,
MILITANTES ET MILITANTS DU PNDSS-TARAYYA,


Je suis particulièrement heureux de présider, ici à Maradi, les cérémonies du 18ème anniversaire de la création de notre Parti, le PNDS-Tarayya. Cela n’est pas sans me rappeler certains souvenirs : en particulier je me rappelle de la première mission politique que j’y avais effectuée, des contacts que j’y avais eus avec les premiers camarades qui s’étaient engagés à y implanter le parti, je me rappelle de la tête et de la barbe blanches du camarade Elhadji Alassane Yérima au milieu de jeunes camarades imberbes comme Bazoum Mohamed, Alat Mogaskia, Dr Kélessi Inoussa, Mahamadou Moudi et tant d’autres camarades intrépides dont « les propagandistes à pied ». Je salue, à travers eux, tous les pionniers d’ici et d’ailleurs ainsi que l’ensemble des militantes et des militants dont l’engagement et l’abnégation ont fait du PNDS-Tarayya le grand parti qu’il est devenu aujourd’hui.



Oui, le PNDS-Tarayya est devenu un grand parti, non seulement par son implantation dans l’ensemble du pays, mais aussi et surtout par la maturité de ses dirigeants ainsi que de ses militantes et de ses militants. Du haut de ses dix huit (18) ans, âge qui correspond à celui de la majorité électorale, il a su tirer de son expérience des leçons qui le rendent aujourd’hui plus apte, que par le passé, à diriger le pays. L’incubation des évènements a accru sa sagesse et renforcé ses capacités d’analyse et de jugement à travers une meilleure connaissance de notre société.

Elle lui a appris les travers du dogmatisme et les vertus de la tolérance, cette valeur républicaine sans laquelle la liberté d’opinion et celle des croyances religieuses seraient vaines. Sa connaissance des problèmes du Niger profond lui permet d’avoir un programme moins idéologique et plus pragmatique, c’est à dire -plus proche des préoccupations de base des citoyens. Le PNDS-TARAYYA a échappé, grâce à sa capacité de prendre en compte les réalités de notre société, à la maladie qui guette souvent les Partis de gauche en Afrique : la groupuscularisation.



Mesdames, Messieurs,

Je sais que les militantes et les militants du PNDS-TARAYYA sont fiers du Parti qu’ils ont mis en place. Cette fierté, ils la tirent notamment de la contribution de notre Parti à l’instauration et la restauration de la démocratie. Par ailleurs, ils la tirent de sa contribution à la stabilisation des institutions démocratiques et républicaines durant ces dix dernières années. Durant ses dix-huit années d’existence, il n’avait été au pouvoir que pendant deux ans et demi de manière discontinue à la faveur de coalitions au sein desquelles il n’était pas la force dominante. Depuis le 27 Janvier 1996, c'est-à-dire depuis (13) ans, il est dans l’opposition de manière continue. Pendant toute son existence, au pouvoir comme dans l’opposition, il assumé ses devoirs sans attendre de contrepartie autre que le bonheur du peuple Nigérien. Celui-ci lui a toujours servi de fil conducteur. Quand ses membres fondateurs s’étaient engagés dans des mouvements clandestins, au début des années 80, c’était avec la conviction qu’ils tenaient, dans leurs mains, ce fil avec fermeté. Quand, à la veille de la Conférence Nationale, ils s’étaient placés aux avants postes du combat pour la démocratie, ce fil matérialisait leur orientation.C’était également en suivant ce fil que son Président a démissionné, fait inédit au Niger, du poste de Premier Ministre en 1994. C’était aussi en suivant ce fil que nous avions mené une lutte inflexible quand la démocratie était menacée.

C’était encore en suivant ce fil que nous avions décliné l’offre, de participation au gouvernement, qui nous avait été faite, au lendemain de la motion de censure du 31 Mai 2007. C’était enfin ce même fil qui nous guide quand nous apportons notre contribution à la promotion de la bonne gouvernance, à la restauration de la paix dans notre pays ou à la valorisation de nos ressources naturelles. Ce fil est la boussole qui nous permet de nous orienter ; même dans les situations les plus complexes.

Mesdames, Messieurs,

La paix, l’unité nationale, la bonne gouvernance politique et économique, la stabilisation des institutions démocratiques et républicaines, la valorisation de nos ressources naturelles, voilà ce qui conditionne aujourd’hui le bonheur de notre peuple. A cette liste il faut, bien sûr, ajouter le préalable que constitue l’organisation d’élections libres et transparentes. Je souhaite que l’année 2009 soit une année de paix pour notre peuple. Je souhaite également qu’elle soit l’occasion de renforcer l’unité nationale et la stabilité des institutions. Pour ce faire, l’accent doit être mis, plus que par le passé, sur la bonne gouvernance politique. Celle-ci a pour base l’Etat de droit qui a lui-même pour fondement les lois notamment la loi fondamentale, c’est –à-dire la constitution. Or, ces derniers temps, des assauts répétés sont portés contre la loi fondamentale notamment contre certaines de ses dispositions pour lesquelles « aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie ». Dans la foulée, des appels sont lancés au Président de la République pour qu’il viole la constitution et donc son serment de respecter et faire respecter la constitution sous le prétexte qu’il doit terminer les chantiers en cours, comme si la construction d’une nation n’est pas un chantier permanent qui ne connaîtra jamais de fin. Je fonde l’espoir que le Président de la République ne cédera pas au chant des sirènes. Je fonde l’espoir qu’il léguera au Niger quelque chose de plus grand que le barrage de Kandadji, de plus grand que la Raffinerie de Zinder, de plus grand que l’usine thermique au charbon de Salkadama, la cimenterie de Kaou ou le chemin de fer : je fonde l’espoir qu’il léguera au Niger le modèle que la mémoire collective retiendra, le modèle d’un homme d’Etat digne qui respecte sa parole et son serment.

La bonne gouvernance politique, c’est aussi l’organisation des élections dans les délais et les conditions prescrits par la constitution. L’année 2009 sera une année électorale ; des élections municipales, départementales, régionales, législatives et présidentielles seront organisées. Compte tenu de l’importance de ces scrutins, notre Parti doit éviter de se laisser distraire et se concentrer sur leur préparation. Ainsi, la confection, actuellement en cours, d’un nouveau fichier électoral crédible et fiable, la préparation du Congrès du Parti et la mise à jour de son programme électoral, la consolidation de notre implantation sur le terrain et la préparation du Congrès du Parti et la mise à jour de son programme électoral, la consolidation de notre implantation sur le terrain et la préparation de la prise en charge effective des opérations électorales doivent requérir l’attention de toutes les militantes et de tous les militants.

Je fonde l’espoir que notre pays continuera à être un modèle de démocratie en Afrique. Je fonde l’espoir que nous saurons épargner à notre peuple la malédiction des ressources minérales, née de la mauvaise gouvernance, qui a frappé tant de pays Africains.

C’est sur ces notes d’espoir que je salue les militants de la CFD et les représentants des autres partis qui nous ont fait l’honneur de leur présence à cette cérémonie d’anniversaire. Je souhaite joyeux anniversaire aux militantes et aux militants du PNDS-TARAYYA et présente tous mes vœux de progrès et de bonheur au peuple Nigérien.


Vive le PNDS-TARAYYA
Vive le Niger

Je vous remercie



Le: 04/01/09
Rentree politique 2009 : Discours du Président Issoufou Déclaration BEF Niamey sur la Palestine