Visiteurs: 212535
Aujourd'hui: 37

ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES ET LÉGISLATIVES - 21 FÉVRIER 2016


Votez pour MAHAMADOU ISSOUFOU

 
Président Issoufou
Le PNDS en Images
Galerie
Facebook et PNDS
Siège du PNDS
PNDS-TARAYYA Siège


613 Avenue de l’OUA
BP 10894 Niamey
République du Niger
Tél : +227 20 74 09 50
FAX : +227 20 73 41 42



AUTRES ADRESSES

 

Discours du Président MAHAMADOU Issoufou, à la JAT


Niamey le 09 Mai 2009

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs

Le Conseil Supérieur de la Communication a décidé que les medias publics ne couvriront pas le présent meeting. Nous dénonçons cette décision liberticide du pouvoir. Comme toutes les dictatures, celle qui s’installe au Niger a peur de la vérité. Elle a peur que l’opinion sache de quel côté se trouve le peuple. A l’heure d’internet et du téléphone portable les néo-dictateurs nigériens, qui ont la tête dans les années 70, ne savent pas que le monde entier est devenu un village. Ce qui se passe aujourd’hui, sur cette place, sera connu, inchah Allah, du monde entier. Par ailleurs, les médias publics n’étant pas une propriété privée, le combat pour y avoir accès s’inscrit dans le cadre global de notre combat démocratique.

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs

Dans exactement trois mois, la constitution du 09 Août 1999 aura dix ans. Elle détient le recors de longévité de l’ère démocratique. Cette longévité relativement exceptionnelle tient à deux facteurs : la maturité de la classe politique et la constitution elle-même.

En effet, la classe politique a, en partie, tiré des leçons des échecs de la décennie 90. Elle n’a certes pas pu mettre fin à toutes les tares de notre pratique de la démocratie, loin s’en faut, mais elle a su décrisper les rapports en son sein, notamment par la mise en place du Conseil National de Dialogue Politique (CNDP). En particulier, l’opposition n’a ni brûlé des pneus, ni saccagé des édifices publics comme ce fut le cas dans les années 1993- 1994. Elle avait certes organisé des marches et des meetings pour dénoncer la mal gouvernance politique et économique, mais considérant que l’opposition peut aussi revêtir une autre forme, elle avait privilégié, depuis 2006, le dialogue politique à tous les niveaux : à l’Assemblée nationale où l’accent a été mis sur la mise en place des commissions d’enquêtes parlementaires, au CNDP ainsi que dans les rencontres avec le Président de la République. Sans conteste, cela a contribué à créer un climat de démocratie apaisée permettant une stabilisation des institutions démocratiques. Personne ne peut nous reprocher d’avoir voulu la paix pour notre pays. Le Gouvernement lui-même a reconnu, à diverses occasions, que l’opposition a eu un comportement responsable. Mais, malheureusement, avec le « tazartché » qui déclare la guerre à la démocratie, nous n’avons pas d’autre choix que de tirer notre sabre du foureau.


Mesdames, Messieurs

L’autre facteur de stabilité est la constitution elle-même. Partant de l’idée que le principal danger qui guette notre fragile régime démocratique est la restauration autoritaire, elle a décidé de l’endiguer au moyen de dispositions rendant impossible la confiscation du pouvoir par un seul homme ou même par une fraction de notre peuple. En particulier, elle a limité le nombre de mandat présidentiel à deux comme aux USA (la plus grande démocratie) et comme, récemment, en France ; elle a défini les conditions du recours au référendum ainsi que les procédures de sa propre révision. Toutes ces dispositions sont connues, y compris du grand public. Néanmoins il est bon de les rappeler afin que personne ne s’aventure à les violer sous le prétexte de ne pas en avoir connaissance.


Mesdames, Messieurs

La limitation des mandats est régie par les dispositions de l’article 36 de la constitution qui stipule que : « le Président de la République est élu pour cinq (5) au suffrage universel libre, direct, égal et secret. Il est rééligible une seule fois». Cet article autorise donc au maximum deux mandats continus et interdit toute prolongation de la durée des mandats.

Le référendum est, quant à lui, encadré par les dispositions de l’article 49 : «le Président de la République peut, après avis de l’Assemblée Nationale et du Président de la Cour Constitutionnelle, soumettre au référendum tout texte qui lui paraît devoir exiger la consultation directe du peuple à l’exception de toute révision de la présente constitution qui reste régie par la procédure prévue au titre 12 ».

L’article 136 définit les dispositions de la constitution qui ne sont pas susceptibles d’être révisées. Concernant ces dispositions, aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie. L’article 36, relatif à l’élection et au mandat du Président de la République, figure parmi ces dispositions.

Par ailleurs, la loi n° 2004-46 du 16 Juin 2004 déterminant les conditions du recours au référendum dispose en son article 2, alinéa 4 : « aucun texte relatif aux dispositions de l’article 136 de la constitution ne peut être soumis au référendum ». En particulier, cela veut dire q’au

Le: 09/05/09
Appel au Meeting de la 1re Journée Anti -Tazartché (JAT) Déclaration de la Section de Paris