Visiteurs: 207306
Aujourd'hui: 37

ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES ET LÉGISLATIVES - 21 FÉVRIER 2016


Votez pour MAHAMADOU ISSOUFOU

 
Président Issoufou
Le PNDS en Images
Galerie
Facebook et PNDS
Siège du PNDS
PNDS-TARAYYA Siège


613 Avenue de l’OUA
BP 10894 Niamey
République du Niger
Tél : +227 20 74 09 50
FAX : +227 20 73 41 42



AUTRES ADRESSES

 
DÉCLARATION DES FEMMES DE LA MOUVANCE PRÉSIDENTIELLE

Réunies ce jour, mercredi 4 Mars 2015, les femmes de la Mouvance Présidentielle, après une analyse de la situation socio-politique, font la déclaration suivante :

De la situation sécuritaire au Niger

Le Niger est au coeur de la Zone Sahélo-Saharienne, une zone d’insécurité multiforme, avec des trafics de tous genres. Ayant des frontières communes avec la Lybie, l’Algérie, le Tchad, le Mali et le Nigéria, le Niger est pris en étau par les groupes Djihadistes de tous ces pays frontaliers. Conscients de cette position délicate, les dirigeants de notre pays ont, depuis 2011, pris une position ferme afin de lutter contre l’insécurité dans cette zone.

Avec une situation déjà tendue du fait des évènements de la Libye et du Mali, le Niger est en prise, depuis quelques semaines, avec des actes de barbarie de la secte BOKO HARAM, notamment au niveau de sa frontière Est, dans la région de Diffa. Par conséquent, cette guerre lui a été imposée. Mais, en homme averti et éclairé, Son Excellence ISSOUFOU MAHAMADOU, a pris toutes les dispositions nécessaires, tant humaines, matérielles que financières, pour sauvegarder l’intégrité de notre cher pays et éradiquer le phénomène BOKO HARAM.

Mais, qui est BOKO HARAM ?

BOKO HARAM est une organisation criminelle, sans foi ni loi, dont les membres qui la composent ne prient pas, s’abreuvent d’alcool et de sang humain et s’adonnent à tous les vices proscrits par l’Islam, entre autres, l’inceste et la pédophilie. La secte BOKO HARAM a malheureusement bénéficié de certaines complicités de nigériens inconscients, apatrides, incultes, pour opérer des recrutements et attaquer notre Pays.

BOKO HARAM, alias "BINKOU HARAM", détruit tout ce qu’il y a comme noyau familial, en rasant des villages entiers, tuant les hommes, enrôlant les garçons et emportant les filles et les femmes pour assouvir leurs besoins et les utiliser comme des bombes humaines. Quelle horreur !

En tant que femmes, mères et épouses, cette situation nous interpelle et nous, les Femmes des Partis Politiques membres de la Mouvance Présidentielle et sympathisantes, avons décidé d’agir.

Agir, au même titre que tous les patriotes sincères, avec qui nous avons effectué la marche républicaine du 17 février 2015 à Niamey et les jours qui ont suivi dans toutes les régions du Niger, pour soutenir nos vaillantes Forces de Défense et de Sécurité, le Président de la République et le Gouvernement du Niger, qui ne ménagent aucun effort pour notre quiétude et notre sécurité.

Une Marche historique, sans précédent, qui démontre, si besoin est, la montée en flèche du sentiment patriotique du peuple nigérien, n’en déplaise aux détracteurs et autres oiseaux de mauvaise augure qui, pour se dédouaner d’avoir raté le coche, en appelle à la « guerre civile ». Soub-hanalah ! Qu’Allah préserve notre pays, amine !

Ils ont manqué le rendez-vous de l’histoire, parce que ces détracteurs ont sous-estimé l’amour de la Patrie de la majorité des nigériens. Ils ont manqué un rendez-vous pour lequel la solidarité agissante de la sous-région et de la communauté internationale s’est manifestée, aux côtés du Président de la République, Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou.

Nous profitons pour saluer le leadership, le sens aigu de responsabilité, la clairvoyance et la détermination du Président de la République et prions constamment pour qu’Allah veille sur Lui et sur le Niger. 2

Nous saluons le courage et le professionnalisme de nos Forces de Défense et de Sécurité et continuons de prier pour qu’Allah veille sur eux et leur garantisse la victoire contre les forces du mal.
Nous présentons notre profonde compassion à toutes les familles éprouvées par les évènements malheureux que traverse notre pays, adressons nos condoléances émues aux familles endeuillées et souhaitons prompt rétablissement aux blessés.
Nos pensées particulières aux veuves et orphelins de cette tragédie !

Du comportement des Partis et Individus membres de l’opposition

Depuis que Hama Amadou a arraché la position de leader de l’opposition à Seyni Omar, après que le Parti F.A. Lumana ait quitté la mouvance au pouvoir, et s’être assuré d’avoir positionné ses hauts cadres dans les arcanes du pouvoir, Seyni Omar ne représente que l’ombre de lui-même. Le MNSD lui a échappé, occupé qu’il était à servir les basses manoeuvres de Hama Amadou, au lieu de se préoccuper de son propre sort politique, d’où son exclusion de son Parti d’antan.

Quant à Mahamane Ousmane, obnubilé par sa haine aveugle contre le Président de la République SEM Issoufou Mahamadou, il était occupé à concocter de sales coups jusqu’à ce que le leadership éclairé de Monsieur Abdou Labo récupère le CDS-Rahama, pour le bonheur de ceux qui ont résisté aux multiples cassures du parti.

Avec un Lumana, dont le chef est en fuite, Seyni Omar et Mahamane Ousmane sans parti politique, donc sans aucune légitimité, avec des Partis uni-personae, il est normal que ce qui reste de « l’ARDR », le regroupement des Partis dits de l’opposition virtuelle, jette l’éponge. Il est normal qu’ils déclarent ne pas vouloir aller aux élections, pour ne pas aller au-devant d’un échec évident.

Et, il est tout à fait normal que les structures et militants de leurs Partis les éjectent de leurs perchoirs, sans qu’on ait besoin de mains invisibles pour concasser des Partis Politiques, si tant est qu’ils sont des leaders lucides !
Aussi, il est inadmissible, que des gens qui ont eu à gérer notre Pays ou qui rêvent à le faire, discréditent les Institutions de la République, s’attaquent personnellement à son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou et à la Cour Constitutionnelle.

Seyni Omar, s’il n’est pas amnésique, a-t-il oublié qu’il est allé, sans aucune contrainte, féliciter Monsieur Issoufou Mahamadou pour sa victoire au second tour des élections de 2011 ? Ou bien, ne sait-il pas que ce faisant, Monsieur Issoufou Mahamadou occupera le fauteuil présidentiel pour un mandat de 5 ans ? S’il ne le sait pas, c’est très grave en tant qu’homme soit-disant politique, car il donne ainsi la preuve d’une méconnaissance notoire des textes fondamentaux de son pays. Il est en de même quand, avec Mahamane Ousmane, ils envisagent de ne pas aller aux élections avec la Cour Constitutionnelle actuelle, comme s’ils ne connaissent point ses attributions. C’est très bas, pour des individus qui rêvent de gouverner notre Pays, d’attaquer individuellement et personnellement les membres de la Cour Constitutionnelle, à qui ils n’ont trouvé de tares que depuis le départ de Hama Amadou de la mouvance Présidentielle.

Nous vous renvoyons à vos copies, messieurs les politiciens d’une autre époque !

Quant aux femmes qui se tiennent dans les rangs de l’ARDR, réunies dans ce qui vous reste de Partis politiques, qu’elles s’activent à aider les soi-disant leaders que vous êtes, à être de vrais démocrates et à cultiver le sens de responsabilité, pour le développement du Pays au lieu de caqueter. 3

Nous, Femmes des Partis Politiques membres de la Mouvance Présidentielle, nous leur disons tout simplement que "le chien aboie, la caravane passe", mieux SAY DAY HAOUCHI, Incha Allah !

Toutefois, nous tenons à apporter des éléments d'information nécessaires à la manifestation de la vérité concernant les allégations relatives à la situation de la maire de N'Gourti.

La dame Koubra Kadellah Botrane, maire de N'gourti, est sous mentorat du député CDS Issa Lamine qui, à l'époque où il était Ministre de la santé, l'envoya en 2008 à l'ENSP, dans le cadre du programme spécial du Président Tandja, sachant bien qu'elle ne justifiait ni de diplôme ni de niveau requis pour y accéder.

Pour accéder à l'ENSP, Mme Koubra présenta un Certificat d'Aptitude Professionnelle (CAP) délivré à Niamey en août 2001 par l'ISAG, diplôme rendu caduque par le directeur du même institut qui écrit, en août 2014, que Koubra Kadellah Botrane "n'a jamais fréquenté son établissement" et que par conséquent "son diplôme est nul et de nul effet".
Le Ministère des Enseignements secondaires, chargé de la tutelle des instituts, a ainsi conclu que "le diplôme de l'ISAG est non valide".

Selon les usages académiques, dès lors que le diplôme d'entrée est avéré faux, le diplôme de sortie est invalidé. Ce pour quoi le Ministre de la santé a procédé à l’annulation du diplôme de l'ENSP de dame Koubra Botrane en novembre 2014.
Du coup, la maire tombe sous le coup des dispositions du Code des Collectivités Territoriales respectivement en son article 52 qui exige le niveau BEPC ou diplôme équivalent pour être élu, et en son article 63 qui stipule que " le maire ou l'adjoint qui, pour une cause antérieure ou découverte après celle-ci, ne remplit plus les conditions pour être élu maire ou adjoint, ... doit cesser immédiatement ses fonctions. Si le maire ou l'adjoint refuse de démissionner, il est procédé à sa révocation d'office".

C’est ce qui fait courir la maire et son mentor Issa Lamine, qui ont l'outrecuidance d'investir les médias. Ce faisant, Mme la maire de N'Gourti se victimise et cherche des boucs émissaires que ses compères de l'opposition lui ont fabriqués tantôt en incriminant le Président Bazoum, tantôt le Premier Ministre et son gouvernement avec des termes indignes de leur rang.

En cette veille de la commémoration de la Journée Internationale de la Femme (8 mars) et de la 59ème session la Commission des Nations Unies sur le Statut de la Femme, nous invitons nos soeurs de l’ARDR à se mobiliser plutôt, pour faire le bilan des progrès accomplis dans le domaine de la promotion de la femme au Niger depuis la conférence mondiale de Beijing en 1995, contribuer à l’élaboration d’un agenda post-2015 tenant compte des préoccupations des femmes et des filles, et surtout, à s’investir pour répondre à la loi sur les quotas, lors des prochaines échéances électorales.

Pour terminer, nous, femmes membres des Partis membres de la mouvance présidentielle :
- réaffirmons notre soutien indéfectible au Président de la République Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, au Gouvernement de la 7ème République et aux forces de défense et de sécurité ;
- condamnons le comportement de l’opposition politique et les attaques contre les Institutions de la République ;
- appelons les citoyens et citoyennes à une prise de conscience et un changement de comportement dans l’éducation de nos enfants pour une meilleure prise en charge de la jeunesse.

Vive la Mouvance Présidentielle, Vive la République
Je vous remercie

Fait à Niamey 4 mars 2015

Le: 05/03/15
Communiqué sections France - Belgique - Allemagne Discours - Meeting du PNDS du Damergou